Historique de la chimiothérapie – 1ère partie : 1943-1986

Parmi les livres que l’ACM s’est procuré pour tenter de comprendre comment fonctionne la mécanique du cancer et des traitements actuels, citons celui du journaliste scientifique américain Travis Christofferson « Tripping over the Truth » (ed.Chelsea Green Vermon USA, 2017)

 

Celui-ci reprend la chronologie des faits concernant la mise au point de la chimiothérapie, une histoire intéressante et particulièrement singulière que l’ACM tient à partager.

 

Extraits :

 

«Tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens » Arnaud Amaury Légat du Pape, Siège de Béziers, 1209

 

  • Fin novembre 1943 les allemands bombardèrent le port de Bari en Italie du sud, alors port important pour les Alliés dans leur reconquête de l’Italie. On apprit plusieurs années après que l’un des navires, le SS John Harvey, était rempli de 60 tonnes de gaz moutarde. Dans les jours qui suivirent il y eut de nombreux morts. Le médecin envoyé sur place, le docteur S.F.Alexander lutta pour sauver des vies. Lorsqu’il retourna chez lui il emmena des échantillons de peau des victimes. L’examen de ces tissus montra que tous étaient exempts de leucocytes à l’intérieur des nodules leucocytes et des moelles des os. Des essais sur des souris montrèrent que l’addition de gaz moutarde diminuait la taille des tumeurs cancéreuses des lymphes. Le premier patient sur lequel fut essayé ce produit avait un lymphome non Hotchkinien très avancé. A la surprise de tous la tumeur régressa. Le traitement fut appliqué à d’autres malades avec le même résultat. Les résultats ne furent publiés que 3 ans après pour des raisons de confidentialité demandé par l’armée. Lorsque les résultats furent connus le traitement fut employé à une plus grande échelle, c’est alors qu’on découvrit que les effets de rémissions étaient brefs et que le cancer lymphatique reprenait de plus belle. De plus les effets secondaires apparaissaient immédiatement : nausées, vomissements, diarrhées, diminution des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes. Toutes les personnes traitées mourraient atrocement.

 

  • En 1947, Sydney Farber mis au point un produit, le méthotrexate, qui agissait à l’inverse du folate en bloquant le mécanisme de reproduction de l’ADN. Ce produit utilisé sur des enfants leucémiques amena effectivement des rémissions. Mais cela ne les guérissait pas et ils mourraient peu après. En 1951 un nouveau produit apparaissait, le 6-mercaptopurine (6-MP), qui agissait selon un procédé proche du methotrexate. Cependant les rémissions  ne se comptaient qu’en semaines.

 

  • En 1957, les docteurs Frei et Friereich eurent l’autorisation d’essayer le traitement d’enfants leucémique avec un combiné de methotrexate et 6-MP dans un essai clinique contre les produits seuls, imitant en cela l’utilisation des antibiotiques combinées pour rendre les guérisons plus complètes. Le résultat montra une différence de réponse notable de 45% de réduction contre 25% pour les produits seuls. Cependant on ne faisait toujours qu’allonger la survie de quelques semaines.

 

  • En 1961 un essai fut réalisé par ces mêmes médecins en utilisant 4 produits à plus faible concentration pour diminuer le seuil de toxicité : vincristine, methotrexate, 6-MP et prednisone (mélange appelé VAMP). Le traitement fut appliqué à des enfants leucémiques et les effets secondaires furent fulgurants, cependant les deux médecins avaient pris un maximum de précautions et purent faire des traitements pour les maintenir en vie : transfusions sanguine, de plaquettes et combinaisons d’antibiotiques. Au final, la moelle épinière repris son travail correctement et les enfants recommencèrent à produire des globules rouges et blanc. Les cellules cancéreuses avaient disparues. Ce fut un succès. Mais un par un les enfants reprirent le chemin de l’hôpital avec des effets secondaires invalidants puis ils moururent. Les examens montrèrent que des cellules cancéreuses étaient apparues dans le liquide cérébrospinal, c’est-à-dire avaient franchi la barrière cervicale. Fin 1963 les docteurs Frei et Freireich abandonnèrent complètement leur recherche.

 

  • Début 1964, un autre médecin Vincent DeVita put lancer un essai sur 43 malades atteints de la maladie de Hodgkin avec une combinaison différente appelée MOOP : gaz moutarde, vincristine, procarbazine et prednisone. Après les effets secondaires terribles renouvelés on observa la disparition des ganglions purulents puis les patients récupérèrent leurs forces. 60% des malades étaient guéris de la maladie de Hodgkin.
    A la même époque le docteur Pinkel responsable de l’hôpital pédiatrique de Saint Louis, Missouri, s’occupait plus particulièrement d’enfants atteints de leucémie lymphoblastique aigue. A la lumière des résultats et échecs obtenus par Frei il décida d’injecter directement un mélange chimique dans le cerveau pour détruire le cancer à la source, en précédant celle-ci avec des radiations et en maintenant le programme pendant un an. Il l’appela la « Thérapie Totale ». Il obtint un résultat spectaculaire, 80% des enfants traités furent considérés comme guéris.
    DeVita et Pinkel furent considérés comme des sauveurs et des précurseurs d’une nouvelle thérapie contre le cancer : la chimiothérapie combinée. Les inhibitions des médecins et chercheurs face à cette méthode tombèrent, plus rien ne s’opposait à des essais à grande échelle.

 

  • En décembre 1971, Nixon déclara la guerre contre le cancer en mettant en avant un budget de 9 millions de dollars dans le « National Cancer Act ». Le budget alloué monta à 119 millions en 1980. Toutes sortes de produits furent essayées, le tout était de découvrir quelle serait la combinaison gagnante. Le terme employé par la profession à l’époque devint « coupe, irradie et brûle ». On tua 3 millions de souris en essayant à peu près 40.000 produits annuellement pendant 10 ans. De plus on réussit à enrôler autant de patients qu’on voulait pour des essais cliniques avec des mélanges de produits. C’est à cette époque que fut découvert le Cisplatine, un produit d’une rare intensité avec des effets secondaires tout aussi dramatiques : vomissement chaque heure, reins détruits, poumons attaqués, perte d’audition, perte d’immunité… De nombreux patients moururent pendant les essais mais cela n’empêcha pas de continuer tant on était sûr d’approcher du but. On s’attaqua aussi aux cancers sur des organes. Un essai pour le traitement des testicules mené par Lawrence Einhorn avec une combinaison de bleomycin, vinblastine et cisplatine (BVP) permit d’atteindre 80% de disparition des cellules cancéreuses. Le problème c’est que lorsqu’on essaya d’autres types de cancer on n’obtint pas de résultat probant, on ne gagnait que quelques semaines ou mois au plus.

 

  • En 1986 des études statistiques menées aux Etats-Unis montrèrent que seuls 40.000 malades avaient été guéris en une année contre un million de cancers déclarés, soit 4% de succès. De plus le nombre de décès par cancer depuis 1950 avait augmenté de 9% par an. Ce résultat dévoilé par John Bailer, le patron des statisticiens tomba comme un pavé dans la marre et fut très mal reçu par les oncologues. Le président de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) appela Bailer «  le plus grand négationniste de notre ère ». Les chiffres à propos de la survie après guérison montrèrent qu’il y avait un prix à payer, c’est-à-dire l’augmentation de la probabilité d’avoir un second cancer dans les 4 ans et la destruction de fonctions vitales entrainant la mort sur une durée variable selon les individus.

 

A ce jour certains produits issus de cette époque sont toujours employés en combinaison avec d’autres produits découverts par la suite et la toxicité à long terme est toujours présente.

 

A suivre… deuxième partie très prochainement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.