Le traitement métabolique du cancer, mise au point…

Parfois, suite à quelques remarques entendues ici et là, un petit rappel s’impose : l’ACM est une association de malades et proches de malades qui témoignent et apportent des retours d’expérience sur le traitement du cancer se basant sur la théorie métabolique du Docteur et Prix Nobel Otto Warburg. Les bénévoles qui la composent ne sont pas médecins et ne s’y substituent en aucun cas. L’ACM ne fait que rapporter des faits, témoigner, apporter des informations et donner à chacun la possibilité de faire des choix conscients.

 

Aujourd’hui, le traitement métabolique tel que l’ACM le perçoit n’est plus le même qu’il y a 5, 4 ou même 1 an ou 6 mois. Il évolue en fonction des retours des malades et de leurs propres expériences. Le sodium R lipoate plutôt que l’acide alpha-lipoique, l’artémisinine plutôt que l’armoise annua broyée, l’ajout du naltrexone ou du bicarbonate, les quantités à prendre… sont des indications issues de l’expérience des malades et aussi de recherches scientifiques (cf. recherches du Prix Nobel 2015 Youyou Tu…). Il s’agit de constats de pratiques empiriques que certains malades ont pris la responsabilité de faire en fonction de leurs informations, leurs inquiétudes et leurs propres convictions. Dans tous les cas, à l’ACM, nous estimons aujourd’hui que si les malades veulent guérir du cancer (et pas seulement espérer une rémission), il importe de réunir une conjonction de facteurs : la conviction personnelle que la guérison peut être envisageable, une adaptation à un régime alimentaire pauvre en glucides, de l’exercice physique soutenu, et la prise de produits anti-oxydants non toxiques. C’est en tous cas ce que nous démontrent ceux qui s’en sortent…

 

L’ACM a donc pu constater qu’il y a de nombreuses voies pour réduire et traiter le cancer. Son action est alors de donner les informations nécessaires pour que chaque malade suive la voie qu’il pense être la plus favorable et la moins dégradante pour sa santé et qui peut permettre d’aller au delà des limites, hélas bien connues, des traitements conventionnels. Permettre au malade d’avoir des possibilités de choix, c’est la nouvelle ambition d’ACM : devenir le premier centre national d’écoute et de ressources indépendant sur le traitement métabolique et les traitements complémentaires et/ou alternatifs.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.