google69aa7e5f888c0f2a.html

L’immunothérapie pour le cancer : un leurre ?

immunothérapie, un leurre ?Une question revient souvent auprès de l’ACM : à quoi sert l’immunothérapie que l’on m’a prescrit, comment ça marche, est-elle réellement efficace ?

 

Difficile de répondre à cette question sans reprendre en partie l’article récent du Docteur Gérard Délepine à propos des superlatifs utilisés dans la recherche contre le cancer (réflexion sur un article de T Matthew V. Abola, Vinay Prasad, Use of Superlatives in Cancer Research JAMA Oncol. 2016;2(1):139-141) et dans lequel on trouve cette information à propos du Keytruda (pembrolizumab) :

 

“Le keytruda est un immuno-modulateur susceptible de réveiller les défenses immunitaires des malades, et ainsi d’augmenter la résistance des malades à certains cancers. Cette drogue a bénéficié tout au long de son développement de passe-droits étonnants : autorisation de mise sur le marché éclair après une seule étude de phase lb ouverte évaluée sur un critère subjectif dont le protocole a été modifié après une analyse intermédiaire. Pour délivrer l’AMM pour le cancer du poumon, la FDA et l’EMA se sont contentées d’un taux de réponse obtenu sur un groupe de 61 malades…sans recul réel permettant d’évaluer son efficacité clinique et sa toxicité.

 

Il a été l’objet depuis d’une publicité mondiale organisée par les services communications de Merks, s’exprimant au travers de médecins le plus souvent « conseillers » du laboratoire, qui emploient sans vergogne les termes «miraculeux» «merveilleux» «inespéré» largement relayés par des médias complaisants. Pour un traitement incapable de guérir ainsi que la rappelle la HAS qui estime l’amélioration de service médical rendu mineure en seconde ligne et modérée en première ligne ! Sous la pression des médias, d’associations souvent sponsorisées, de patients trompés, de lobbyistes efficaces et peut être d’avantages financiers plus directs, le ministère vient d’accepter de rembourser 6000 euros le mois ce médicament sans tenir compte de l’avis de la HAS. Le miracle médiatique est devenu financier.”

 

Même Doctissimo.fr, le site internet référence et parfaitement documenté déclare en 2016, dans un article sur les promesses de l’immunothérapie : “Ipilimumab, nivolumab, atezolizumab… derrière les noms barbares de ces molécules se cachent aujourd’hui les géants de la pharmaceutique (BMS, Merck, Roche, Astrazeneca…) et une multitude de startups de biotechnologie. L’enjeu est médical, mais aussi économique car ces produits sont excessivement coûteux. Le seul actuellement commercialisé en France, le Yervoy ® (en 2015 ndlr) nécessite quatre perfusions au prix de 20 000 euros chacune. Selon un article de 2014 de la revue Business Week, le marché potentiel de l’immunothérapie est estimé à quelque 35 milliards de dollars par an”.

 

Et de confirmer qu’aujourd’hui, même si les promesses sont grandes, rien n’est encore acquis. De là à considérer que tous les produits proposés aux malades ne sont rien moins que des tests, des essais et que chaque malade est ainsi considéré comme un cobaye, il n’y a qu’un pas… Rappel : depuis l’introduction de l’immunothérapie dans les traitements, rien n’a bougé en termes de résultats…

4 réponses à L’immunothérapie pour le cancer : un leurre ?

  1. Dans 10 ans la sécurité sociale ne pourra plus remboursé le prix exorbitant de ces médicaments. Il n’y a que ceux qui auront de l’argent qui pourront financer les soins. En attendant les poches de Big pharma se remplissent sur le dos de notre société.
    Il est grand temps de renverser la vapeur, de refuser tous ces produits cancérigènes, d’aller faire son marché, de retourner à des pratiques naturelles….il n’y a qu’une façon de s’en sortir : faire de la PREVENTION je dis bien PREVENTION.
    Victime d’un cancer je passe en priorité ces valeurs à mes petits enfants, respirez sainement, mangez sainement, vivez sainement, pensez sainement…c’est le chemin à suivre…méditez
    Bonne chance, cordialement
    DM

  2. Bon pour répondre à Muller, le prix exorbitant est quand même un peu justifié par la nature du traitement, produire des immunoglobulines en grande quantité reste très couteu et le financement de la recherche également.

    Cependant les laboratoires commencent une guerre économique dans ce domaine et la concurrence fera baisser les prix.

    Votre remarque sur l’hygiène de vie par rapport à des traitements anti-cancer qui ne font gagner que quelques mois d’espérance de vie peuvent se comprendre.
    Mais ce n’est pas le cas des immunothérapies qui s’attaquent aux “Points de contrôle immunitaire”, car pour certain patiens environ 20% on peut parler de guérison.

    Sauf que dans 60% des cas, ils ne fonctionnent pas, mais seul 2 Points de contrôle immunitaire possède des traitements pour le moment, hors il y a d’autres qui attende les progrets de la science.

    Aujourd’hui on manque cruellement d’outils prédictif qui permettent de justifier ces traitements et visiblement la flore intestinal influe fortement sur leur efficacité.

    Aujourd’hui on utilise des immunoglobulines extrêmement coûteuse à produire, mais rien ne nous dit qu’on ne vas pas utiliser des molécules plus facile à produire ou bien améliorer les techniques de production.

    • Bonjour,
      Bien sûr les produits pharmaceutiques sont très coûteux à produire, la recherche telle qu’elle est faite aujourd’hui (durée minimum 10 ans) coûte aussi très cher.
      Cependant il existe des voies que le monde médical refuse de voir et d’explorer parce qu’il n’y a pas besoin de ces produits très chers, les laboratoires n’ont rien à y gagner et par conséquent ils font tout ce qu’ils peuvent pour empêcher que la recherche sorte des fameuses “thérapies ciblées” qui ne sont qu’un leurre. Je vous rappelle qu’il y a toujours 150.000 décès dû au cancer en France tous les ans malgré les les milliards dépensés depuis le lancement des plans cancers dans tous les pays occidentaux.
      P.Vilars

  3. Une honte de voir de tels prix dans les soins pour le cancer. Alors qu’avec une hygiène de vie et des soins naturels et sans effets toxiques on a de bons résultats. Il doit vraiment il y avoir une combine entre les labos et la sécurité sociale car il serait impossible à la SS de pouvoir rembourser tous ces soins qui sont à des prix exorbitants. Nous sommes vraiment abusés par ceux qui devraient penser à la santé au lieu de penser à leurs portefeuilles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.