google69aa7e5f888c0f2a.html

Quatre ans déjà !

Quatre ans déjà.

(Gilles de la Brière. 26 Décembre 2016)

En décembre 2012, Flo ma femme avait de violents maux de tête. C’était le nouveau départ de son cancer. Récidive avec entre 12 et 14 métastases au cerveau, de 20 à 30mm chacune, diagnostique sans appel de Dr Berroir Neurologue au CHAL (Centre Hospitalier Alpes Léman).

Je ne reprendrai pas ici l’histoire de ce que nous avons vécu. Quatre ans ! N’est-il pas temps de tirer un premier enseignement du traitement métabolique, mis en place à travers bien des tâtonnements, avec beaucoup de chance en ce qui nous concerne ?

Bien entendu il ne faut pas attendre autre chose que l’expression de conclusions et d’impressions personnelles, surtout pas de démonstrations scientifiques à caractère médical.

C’est une tentation bien courante des médecins, de dire donnez-nous des preuves. Ne serait-ce pas plutôt leur rôle aux médecins de chercher ces preuves à partir des faits que nous leur exposons ?

Quant aux malades, ils veulent aussi des preuves, sinon des garanties. Que ne demandent-ils pas la même chose à leurs oncologues : ils n’auront que des statistiques, or une statistique n’aura jamais guéri personne (surtout quand elle est fausse).

Je ne suis que l’époux d’une malade condamnée à plusieurs reprises par la médecine, mais guérie aujourd’hui, et qui a suivi la voie du traitement métabolique.

Depuis quatre ans, en soignant Flo, puis en aidant d’autres malades en partageant avec eux notre expérience, puis celle que d’autres ont vécu je puis affirmer les choses suivantes :

La voie métabolique est probablement la voie de la guérison du cancer.

– L’inflammation est sans doute le point clé du développement et de la naissance du cancer.

En ce sens cela confirme les points essentiels découverts par le Pr Otto Warburg[1] , le cancer est une maladie métabolique, puis les résultats des travaux des américains, Dr Thomas N. Seyfried (Université de Boston USA), Dr Burt Berkson (New Mexico USA) qui ont cherché les meilleurs moyens de supprimer les inflammations.

Il ne faut pas attendre du traitement métabolique un effet miraculeux ni magique. C’est un traitement, certes pas si difficile que cela, mais qui répond à des règles et qu’il faut donc suivre avec un minimum de rigueur et de persévérance. C’est un traitement ne présentant pas d’effets secondaires potentiellement graves, ses effets sont rapides. Mais il ne faut pas, non plus, vouloir en 24 h ce que l’on est prêt à attendre des mois avec des thérapies allopathiques lourdes et incertaines.

D’une manière générale, je peux encore affirmer :

Dans presque tous les cas le traitement à un effet, souvent significatif. Rares sont les fois où il ne passe rien. Mais cet effet est parfois temporaire, ou ne suffit pas à renverser l’évolution du cancer.

Les raisons à cela sont nombreuses :

– l’état d’avancement de la maladie et l’état général du malade ont atteint un point de non-retour.

– de nombreuses personnes, qui se disent convaincues, vont cependant abandonner cette option, ou vont vouloir l’associer avec d’autres qui peuvent souvent être contre indiquées (cas d’environ 50% des chimios).

– d’autres vont aller chercher sur internet de nombreuses informations qu’il leur est impossible de trier, en effet je dirai que l’on trouve tout sur internet, et que beaucoup de choses sont ou ont été vraies. Mais comment savoir que telle recommandation n’est plus d’actualité parce que la science ou les constats ont montré qu’elle était devenue caduque, ou que la soi-disant argumentation scientifique n’a qu’un caractère commercial, etc… Infinies sont les questions que pose la fréquentation d’internet.

– enfin la réussite du traitement métabolique va aussi dépendre, comme les autres traitements d’ailleurs, de la nature des produits, des associations qui vont être faites, des quantités utilisées.

– Et il y a aussi tous les aléas de vie quotidienne, les petites maladies (grippes, gastros, chutes) et aussi les antécédents plus ou moins graves (diabète, accidents ou déficiences cardiaques, etc), séquelles de traitements antécédents (ablation complète ou partielle d’organes complets, poumon, intestin, sein, vessie, etc.), qui vont compliquer le suivi d’un traitement.

– Et enfin l’environnement social et psychologique qui sera soit un atout, soit un handicap pour le malade. Ceci dit, avoir le moral ou la forme c’est bien, cela peut aider pour prendre les bonnes décisions et les appliquer, mais il est rare que cela suffise pour guérir, pour cela il faut répondre à la cause de la maladie, en l’occurrence l’inflammation.

– Et pour conclure, si tous les cancers passent par la phase inflammation, beaucoup de choses sont inconnues, même si inévitablement il y a une explication au fait qu’il y a ou non un effet.

 

Lorsque nous sommes sortis Flo et moi de la voie classique, chirurgie, chimio, radiothérapie, curiethérapie, nous ne connaissions rien d’autre.

Nous commencions à entendre parler des thérapies ciblées, d’immunothérapies, formules bien prometteuses selon leur promoteurs, mais comme le font remarquer les Professeurs Even et Debré, sans pratiquement de résultats à ce jour[2] .

Depuis ce jour faste où des médecins honnêtes nous ont dit : « On ne peut plus rien pour vous », nous rendant ainsi notre liberté, et sans vouloir nous imposer des thérapies inutiles et destructrices. Depuis ce jour nous avons découvert que plusieurs dizaines de produits ou de techniques avaient une influence sur le cancer, sans qu’aucun ne soit décisif à lui seul.

 

La seule combinaison qui ait pour le moment  montré une efficacité est l’association suivante :

 

– l’utilisation d’antioxydants (sodium R lipoate + Garcinia Cambogia ou Hydroxicitrate)

– le régime cétogène

– l’exercice

 

Dans les situations critiques il faut tenter de réduire au préalable le nombre des cellules cancéreuses, le régime cétogène est un des premiers moyens dans la mesure où il est applicable, mais il en existe d’autres.

 

Chaque année depuis ces quatre ans, j’ai appris et constaté de nouvelles choses. Le traitement dit « métabolique » a été largement modifié et amélioré grâce aux constats et aux remarques faites par de nombreuses personnes engagées dans cette voie-là, bien des inconnues laissées en chantier ont été éclaircies.

Cette approche au caractère certes empirique, mais réaliste et concrète, nous a permis de nous entraider en évitant les accidents inévitables liés aux essais thérapeutiques mais non encadrés de la recherche dite « scientifique ».

 

 

 

 

 

[1] Prix Nobel de Médecine. 1931.

[2] Pr Philippe Even – Pr Bernard Debré. Guide des 4.000 médicaments p.123. « Mais c’est la douche froide, car jusqu’ici, rien de tangible ».

J’ai personnellement été soigné en 1970 à Abidjan par Bernard Debré, de colites néphrétiques avec un médicament très efficace le baralgin , qui curieusement est aujourd’hui interdit en France depuis 2009, mais vendu dans de nombreux pays.

16 réponses à Quatre ans déjà !

  1. Bonjour, il existe bien quelques oncologues qui préconise en complément d’un traitement classique ce traitement métabolique ? avez vous des hopitaux ou des noms a nous transmettre.
    MErci… avec peu d’espoir

  2. Bonjour,
    j’ai 46 ans atteinte d’un cancer du sein triple négatif infiltrant grade 3 avec atteinte ganglionnaire.
    je suis suivie en France à l’IGR de Villejuif. Dès l’annonce j’ai commencé un traitement métabolique de mon propre gré (meta lipoate ou sodium R lipoate et carcina cambodgia). je suis actuellement en chimio (Epirubicine et cycliphosphamide) , j’en suis à ma 3ème séance, j’en ai encore 3 puis 12 séances de taxol prévues. La tumeur faisait au moins 3 cm, elle a déjà diminué grâce à la chimio.
    j’a fait 1 mois de traitement sans interruption avant que la chimio commence et maintenant je continue seulement une semaine sur 2 acr je suis beaucoup malade à cause des effets secondaires et ai beaucoup de mal à avaler quoi que ce soit pendant 5-6 jours.
    Pensez vous que le traitement puisse se prendre avec la chimio que j’ai, est ce compatible?
    En tout cas , votre témoignage m’encourage beaucoup.
    cordialement

    • Bonjour,
      Pour contrecarrer les effets négatifs des chimios il est recommandé de jeûner la veille des injections et de ne surtout pas prendre de sucre, et même si possible pas de glucide pendant 3 jours.
      Le traitement métabolique peut se prendre pendant la chimio en principe.
      Bon courage et surtout bon rétablissement.
      Contactez nous par téléphone si vous voulez plus de renseignements.
      P.Vilars

  3. Je voudrais rajouter à cette combinaison le LDN (low dose Naltrexone) qui peut avoir un effet bénéfique à lui seul. Associé à de fortes doses de Vitamine D nécessaires pour que les défenses immunitaires puissent se renforcer.
    L’utilisation du LDN a été étudié par le docteur Berskon au USA qui l’utilisait associé à l’acide lipoique. Pb, le LDN n’est pas compatible avec la morphine donc c’est un produit qu’il faut utiliser rapidement avant que la maladie (ou les traitements) n’obligent à prendre de la morphine contre la douleur.

  4. Bonjour monsieur,

    Je souhaitais savoir si votre épouse a suivi ce traitement en continu pendant ces quatre années ou bien si elle a parfois fait des pauses.
    Un grand merci pour votre réponse, je m’interroge sur la durée pendant laquelle il faut suivre le traitement.

    Bien cordialement.

    • Bonjour,
      Madame de la Brière n’a pas suivi le traitement tout le temps. Après la disparition des métastases du cerveau elle a continué environ un an en diminuant progressivement les doses. Après une année elle a repris un traitement plus faible pour corriger des problèmes de perte de mémoires et d’absences dues aux lésions provoquées par la radiothérapie du cerveau. Elle n’a pas fait ce traitement en continu. De toute façon il n’y a pas eu du tout de récidive.
      Cordialement
      P.Vilars

  5. Bonjour, j aimerai échanger avec une personne ayant suivi et/ou suivant encore le traitement métabolique pour lutter contre un astrocytome anaplasique grade III OU un glioblastome g. III.
    voici mon adresse mail:
    Artflor.tatiana@orange.fr
    Toute personne non sérieuse merci de sabstenir!

  6. Bonjour,
    Une précision concernant le traitement Hydroxycitrate + R-sodium Lipoate.
    Il est conseillé sur les notices de prendre ces produits 1 heure avant les repas dans le cas de régimes amaigrissants. Est-ce important dans le cas du cancer?
    merci

    • Bonjour,
      Les propriétés amaigrissantes de ces produits sont très contestables, mais il est vrai que prendre ces produits avec un verre d’eau avant les repas va induire une perte d’appétit par dilution des sucs gastriques . Ce n’est pas le but, il faut au contraire conserver de l’appétit pour bien manger et ne pas perdre de poids. Il est donc recommandé de prendre les gélules pendant les repas.

  7. Bonjour’

    déjà mes meilleurs voeux pour 2017. Moi elle commence très mal. Mon père philippe à un gioblastome en grade 4 tumeur frontal. Il a été opéré le 25 août au pellegrin Le CHU de Bordeaux. On l à opéré et on lui a retiré 6 Centimes de masse cancéreuse. Mais il ont on laisse au niveau de la nuque Il a commencé la chimio à base de temodal par voix orale + il a du solupred 40 Mg. Du hamictal 100 mg, Inoxium 20 mg, sopram pour l anxioletique, le temodal à fait effet sur la tumeur qui a été opéré ça a sèche de 30 % . Mais sur sur la partie gauche ça n a fait aucun effet.et la il a un problème d articulation et il part en arrière sa touche le cerveau la ou se trouve le language etc… pas de crise d épilepsie ni d avc. Je lui donne tous les matins et le soir du PAO pereira en poudre dans de la compote de fruit sans sucre ajoute et rovol v en gellule ( c est un pharmacien de métiers qui fait ses herbe de herboriste. Et s est invasif. J ai acheté le régime cetogene que je commencerai samedi. Maintenant l oncologue à dit que ce n est pas opérable. Je voudrais garder mon papa assez longtemps. Il a que 74 ans. Il fait très jeunes. Donc si je vous écris c est pour savoir si vous pouvez m aider. Lorsque les plaquettes ont diminué je lui donne du macerat glycérine bourgeon. Il a des cours de kine deux fois par semaine de 45 mn et il est suivi par un psychologue 1h 30 pour la maladie et un orthophoniste 1 heures à domicile. Merci pour votre conseille qui serait le bienvenu.Merci
    Celine

    • bonsoir

      mon mari(50 ans) a été opéré d’un glioblastome en octobre 2017. après chimio et radiothérapie récidive en janvier 2018. aujourd’hui nouveau protocole (avastin et chimio bellustine). nous avons commencé en février les gélules beljanski PAO FM.
      nous nous sommes penché sur le régime cetogene et le traitement métabolique. l’avez vous testé pour votre papa,
      merci POUR VOS CONSEILS

      • Bonjour,
        Parmi les malades atteints de glioblastome il y a eu des améliorations et même des rémissions. Pour avoir les renseignement à ce sujet appelez le numéro de téléphone indiqué sur le site, une personne vous répondra pendant les heures d’ouverture.
        P.Vilars

  8. merci pour ce témoignage, pour Patrick tout a démarré le 18 octobre 2016 avec le scanner révélant une tumeur au cerveau à l’avant droit, opération le 3 novembre 2016, tout va bien, il a démarré le traitement Belganski mais nous aimerions qu’il utilise le R lipoate et l’Hydroxycitrate, où vous êtes vous procuré ?

    • Bonjour,
      Envoyez un mail ou appelez l’association on vous enverra les coordonnées des sociétés qui les commercialisent
      Cordialement
      Patrick Vilars

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.