google69aa7e5f888c0f2a.html

L’Armoise Annua et le Cancer

L’Artemisia annua et le cancer.

 

1) L’étrange histoire de l’Artemisia de l’antiquité à nos jours.

Les propriétés anti paludéennes de l’Artemisia annua sont connues depuis des millénaires en Chine, mais elles l’étaient également en Égypte au 1er Millénaire av JC. Le traitement des fièvres par cette plante, qui s’est poursuivi pendant des siècles jusqu’à nos jours dans les campagnes chinoises, avait été un peu oublié par les “savants”.

L’historique des travaux sur l’Artemisia annua

 C’est à la suite des ravages du paludisme dans les rangs de l’armée nord-vietnamienne que Mao Tsé Toung a mis en route en 1967, en pleine révolution culturelle, le “projet 523” (ainsi nommé parce qu’il a été lancé le 23 Mai 1967). C’était un programme secret de recherche sur le traitement du paludisme, basé sur l’étude des traitements de la médecine traditionnelle chinoise.

L’Académie de Médecine Traditionnelle Chinoise a confié cette recherche à l’un de ses membres, Tu Youyou, jeune pharmacienne âgée de 36 ans, dont le nom est resté totalement ignoré jusque dans les années récentes. Ce n’est qu’en 2005 que Tu Youyou a été associée à la découverte de l’artémisinine, et qu’elle est devenue célèbre. En 2011, elle reçu le prestigieux prix Lasker DeBakey Clinical Research.

La recherche de Tu Youyou

Elle a rassemblé plusieurs milliers de recettes à base de plantes; elle a évalué 380 extraits de différentes plantes, parmi lesquelles l’Artemisia annua (ou Qinghao), qui était connue depuis très longtemps pour son efficacité pour traiter les fièvres récurrentes.

Les premiers résultats obtenus par Tu Youyou ont été décevants, car les extraits étaient préparés avec de l’eau bouillante qui détruisait les composants actifs.

  • C’est en 1971, en réalisant une extraction par de l’éther à basse température, qu’elle a obtenu des extraits qu’elle a testé en laboratoire sur des souris et des singes infectés par le parasite, avec une efficacité pratiquement de 100% (92% exactement). Après avoir vérifié sur elle-même l’innocuité de l’extrait, elle l’a testé sur 21 patients impaludés, qui ont été guéris à 90%.
  • En 1972, elle a isolé une substance considérée comme l’élément actif de l’Artemisia annua, et lui a donné le nom d’artémisinine (ou Qinghaosu, le suffixe su signifiant « la substance active »). Mais on peut encore noter que les premiers essais positifs avaient été faits avec de l’Artemisia annua produite dans la région de Pékin et contenant peu d’artémisinine. Comme Tu Youyou désirait disposer de beaucoup d’artémisinine, elle a ensuite utilisé de l’Artemisia annua provenant de la région du Sichuan, plus riche en artémisinine, avec des résultats cliniques identiques, ce qui suggère que la concentration optimale en artémisinine n’est pas nécessairement la concentration maximale…(ce qui a été largement confirmé par de nombreux travaux de recherche ultérieurs)
  • En 1975, Tu Youyou a déterminé la structure de la molécule d’artémisinine (sesquiterpène lactone).
  • En 1979, la publication d’un article dans le Chinese Medical Journal fit connaitre l’artémisinine.
  • En 1981, le 4ème congrès du Groupe de Travail Scientifique sur la Chimiothérapie du Paludisme, sponsorisé par le PNUD, la Banque Mondiale et l’OMS, se tint à Pékin. L’artémisinine devint connue dans le monde entier, et elle souleva l’intérêt des grandes firmes pharmaceutiques, qui produisirent des dérivés semi-synthétiques (artésunate hydrosoluble, arthémeter liposoluble…), aboutissant en 1986 à la mise sur le marché des premiers médicaments à base de ces dérivés. Devant l’efficacité de ces dérivés de l’artémisinine, en 2004 l’OMS en fit la promotion à grande échelle, et recommanda leur utilisation en association avec d’autres molécules déjà utilisées contre le plasmodium (le parasite à l’origine du paludisme). Ces médicaments,  les ACT (Artemisinin Combined Therapy) sont aujourd’hui pratiquement les seuls utilisés en curatif des crises de paludisme.
  • Enfin, en 2011, l’OMS recommanda l’utilisation de l’artésunate en mono-thérapie par voie intraveineuse au lieu de sels de quinine dans le traitement du paludisme grave de l’enfant. Utilisation contestée et qui fait l’objet de débats car des effets secondaires graves (anémies mortelles dans certains cas) ont été fréquemment rapportés.

Tu Youyou, cette remarquable chercheuse née en 1930 obtint le Prix Nobel de Médecine en 2015, qui lui fut remis le 3 Octobre 2016 à l’âge de 84 ans.

 2) Du paludisme au cancer. Les Américains.

 Connaissant le mode d’action de l’artémisinine contre le plasmodium, les biologistes Henry Lai et Narendra Singh Professeurs bio ingénieurs de l’Université de Washington ont eu la bonne idée que ce mode d’action pouvait jouer de la même façon contre les cellules cancéreuses, les deux, plasmodium et cellule cancéreuse contenant beaucoup de fer et la molécule d’artémisinine tuant les cellules qui contiennent beaucoup de fer.

Comment marche l’artémisinine :

Extraits d’une communication du Pr. Narendra P. Singh en Aout 2013 :

« L’artémisinine provoque la mort des cellules cancéreuses par apoptose. La molécule d’artémisinine contient un pont endopéroxyde qui réagit avec l’atome de fer contenu dans la cellule pour former des radicaux libres. La formation de radicaux libres entraîne des dommages macromoléculaires et la mort de la cellule. Les cellules cancéreuses ayant une concentration en fer plus importante, sont ainsi plus vulnérables ».

Voir une publication très claire et complète (et en français) du Pr Singh ici :

 

L’Artémisine en France :

En France quelques laboratoires mettent en vente de l’artémisinine, mais il s’agit souvent d’extraits d’Artemisia annua ou d’autres Artemisia dont on ne connait pas l’effet sur le cancer. Il existe une cinquantaine de variétés d’Artemisia, dont certaines sont vénéneuses ou toxiques, donc dangereuses. Cinq ou six de ces variétés ont des propriétés anti-palu comparables à celles de l’Artemisia annua (notamment l’Artemisia afra)

Sanofi, Novartis et d’autres grands groupes pharmaceutiques, ont mis au point plusieurs médicaments antipaludéens efficaces à base de dérivés semi-synthétiques de l’artémisinine, l’artésunate et l’artémether. Le Coarsucam et le Coartem sont parmi les plus diffusés.

A ce sujet, un effet négatif de la diffusion de ces médicaments anti-palu appelés ACT a été la publication en 2012 d’un avis défavorable de l’OMS concernant l’utilisation des tisanes d’Artemisia annua traditionnelles utilisées depuis des millénaires sans effet négatif et sans développement de résistance du plasmodium. Les recherches récentes semblent au contraire montrer un développement de la résistance du plasmodium vis-à-vis des ACT et même des injections intraveineuses d’artésunate, alors que l’efficacité de la plante, notamment sous la forme de poudre de feuilles séchées d’Artemisia annua reste entière, même dans des cas de palu extrêmes…

L’utilisation de l’Artemisia annua concerne d’autres maladies, comme la maladie de Lyme, et bien d’autres pathologies liées à des parasites, des microbes, des virus : bilharziose, leishmaniose, et même tuberculose.

En ce qui concerne le cancer.

Cette plante est pleine de promesses, mais aujourd’hui, si l’un de ses modes d’action est compris, les essais cliniques à grande échelle n’ont pas eu lieu. L’équipe de Washington a commencé de l’utiliser sur des malades en privilégiant de faibles doses sur des durées assez longues. Le principal effet secondaire est l’anémie, qui au bout d’une période de 6 mois oblige à cesser le traitement, pour des résultats de réduction sensible des tumeurs de l’ordre de 40 à 45%.

D’autres médecins cherchent des résultats plus rapides, compte tenu des propriétés de l’artémisine, mais se heurtent à la question des bonnes doses.

Le Pr Pamela Weathers du Worcester Polytechnic Institute étudie actuellement une approche qui pourrait être aussi efficace pour le cancer qu’elle l’est pour le palu : l’utilisation de la plante entière séchée (DLA : Dried Leaf Artemisia) plutôt que l’artémisinine pure. On espère avoir les résultats de ses essais rapidement.

Dans l’ensemble ce produit peut être considéré comme sans conséquences négatives, et utilisable à peu près sans risques.

Par contre il peut y avoir des contre-indications, par exemple avec l’utilisation d’anti-oxydants ou d’anti-inflammatoires, avec les chimios également, il est donc préférable de ne pas associer ou prendre des médicaments sans essayer de déterminer auparavant les possibles interférences. Ces effets se manifestent généralement par des nausées, des vomissements et des diarrhées, ils durent environ 4 à 6 jours.

Comme dans toute prise d’un traitement il faut être suivi par un médecin qui saura détecter les effets négatifs ou positifs sur la santé.

 

Articles tirés de plusieurs revues et remarques personnelles

Gilles de la Brière

22 réponses à L’Armoise Annua et le Cancer

    • Bonjour,
      Vous pouvez vous inscrire à la liste de diffusion par le site.
      Si vous voulez avoir les informations réservées aux membres il faut adhérer à l’association.
      Cordialement
      P.Vilars

  1. Ma petite fille agée de 7 ans se bat depuis 4 ans contre une tumeur au cevelet .Chimio ,protonthérapie ,et à la dernier IRM recidive avec métastases !Les medecins on prescit l erivedge 150 mg ,pour arreter le developement des tumeurs .Nous voudrions lui donner de la poudre de feuilles de graviola corossol avec des gelules d Artemisia annua arteminisine ,mais il est mentionné sue la notice ,que ce medicament peut interagir avec des plantes et tisanes .Nous allons en parler au medecin ,mais nous aimerions avoir votre avis .Merci

    • Bonjour,
      Nous n’avons pas d’expérience avec le mélange corrosol artemisine. De plus nous ne recommandons pas de traitement à long terme avec l’artémisine, l’expérience des malades prouve que l’action forte de l’artémisine se fait entre 2 et 5 jours, après il faut faire le traitement métabolique pour prolonger l’action de destruction des cellules cancéreuses et de reconstitution des mitocondries.
      Cordialement
      P.Vilars

  2. je voudrez utiliser l’armoise annua .je ne sais pas ou la trouver etle dosage
    merci de votre réponse
    bernadette

    • Bonjour,
      Vous pouvez appeler l’association au 04 50 96 92 02 pour plus d’informations sur l’armoise.
      Cordialement.

  3. Bonjour

    Merci de tous ces commentaires .
    Merci me preciser aupres de quelle labo je puis me procurer l’artemisia annua, ainsi que le nombre de gélules/jour . J’ai lu qu’un patient en avait pris 17, est ce raisonnable ?
    On m’a également parlé du DMSO, qu’en pensez vous ?
    Tres cordialement

    G.Berthet

    • Bonjour,
      Pour l’instant nous recommandons I-herb pour l’artemisine (armoise annua). Je pense qu’il faut rester sur la dose qui est indiquée dans notre feuille d’expérience, ceux qui pensent autrement le font à leur propre risque. N’oubliez jamais qu’un suivi par un médecin est toujours recommandé.
      Nous n’avons aucune expérience avec le DMSO, nous ne sommes pas convaincu de son efficacité et de son innocuité secondaire.
      Cordialement
      P.Vilars

    • Le nombre de gélules pris par ma parente, que j’ai indiqué correspond à de l’artemisia concentrée à 30 pour 1, qu’il ne faut pas confondre avec de l’artemisinine pure qui existe aussi en gélules..
      Pour le dosage j’ai pris pour référence un document de l’OMS donnant la quantité d’artémisinine recommandée pour le paludisme. Comme j’ai trouvé un fournisseur d’artemisia qui spécifiait sa concentration du produit 30:1, j’ai calculé qu’une capsule de 400 mg correspondait dans ce cas à 30 mg d’artemisinine , 17 gélules faisant donc 510 mg par jour. C’est même légèrement inférieur à la quantité donnée par l’OMS. Le bisglycinate de fer était pris en même temps que les 17 gélules ( au petit déjeuner ). L’OMS recommandait de ne pas prolonger le traitement plus d’une semaine. En fait ma parente a utilisé ces produits plusieurs semaines sans effet secondaire. (Pendant la chimio elle prenait aussi du chardon marie pour éviter les maux de ventre). Ma parente a pris la première fois 5 gélules pour vérification , et ensuite 17 gélules ( artemisia concentrée à 30 pour 1 ). Certains fournisseurs vendent de l’artemisinine pure en gélules de 200 mg , ce qui correspondrait à 2.5 gélules d’artemisinine par jour en quantité équivalente de ce qu’a pris ma parente. Donc ne pas confondre artemisia concentrée et artemisinine pure.

  4. Bonjour
    On vient de détecter chez mon mari un cancer avancé. Il a pris immédiatement le traitement Beljanski. Peut il prendre également des gélules d’armoise annua . a quelles doses et où les trouver. Je vous remercie vivement de votre réponse
    Cordialement
    N. Guillet

    • Bonjour,
      Pour les indications de traitement adressez vous directement à l’association par l’intermédiaire du site ou par téléphone et nous vous enverrons tous les document nécessaires.
      P.Vilars

  5. Bonsoir, pouvez vous me dire où vous avez trouvé vos gélules, au vu du commentaire dans l’article concernant la qualité de la plante chez les distributeurs français, je suis indécise pour l’achat.

    • Bonjour, n’hésitez pas à appeler l’association au 04 50 96 92 02 et nous vous donnerons toutes les informations dont vous avez besoin. Cordialement

  6. J’ai un cancer dw moelle osseuse, je prends agrylin en capsule et cela fait que j’ai de l’anémie sévère. Dites-moi si je pourrais prendre L’Armoise Annua . Louise

    • Bonjour, l’armoise agissant sur le fer, il vaut mieux l’éviter avec un taux d’hémoglobines bas. N’hésitez pas à appeler l’association au 04 50 96 92 02 pour plus d’informations. Cordialement.

    • C’est vrai que ce résultat est très encourageant. Mon post plus bas ne donne pas le fournisseur et je ne sais pas si le site risque de prendre cela pour une ‘publicité’ . Mais sinon, en tapant sur Google artemisia 30:1 qui correspond à la concentration vous aurez normalement le fournisseur . Pour le bisglycinate de fer , même procédure, et la boîte contient 90 gélules. Je précise que maintenant ma proche a pris plusieurs semaines de ce dosage sans aucun effet secondaire … sinon le retour de la santé. De toutes façons l’expérience des médecins acquise sur le traitement du paludisme devrait normalement être utile à établir les quantités à ne pas dépasser.

  7. Bonjour,

    Je voudrais demander à Monsieur Gilles de la Brière s’il est possible de recevoir de sa part un avis sur la vitamine B17. J’ai lu des extraits en français d’un livre paru en anglais en 1974 intitulé “A world without cancer”. Je l’ai trouvé très convainquant mais je souhaite que le sujet sois traité par votre association qui m’inspire confiance…

    Je ne suis pas malade mais j’ai 54 ans… J’aimerais prendre les devants pour éviter de tomber dans les rouages des protocoles officiels si un jour j’étais confronté à cette maladie.

    J’ai aussi deux questions concernant l’artimisinine : 1° Certains disent qu’il faut la prendre avec du fer, d’autres affirment le contraire. 2° Certains interdisent les antioxydants pendant le traitement, d’autres conseillent la prise de la vitamine C et/ou la vitamine E.
    Pourriez-vous, à partir de ce qui est enseigné sur le mode d’action de la molécule sur les cellules cancereuses, nous expliquer scientifiquement le bon choix sur ces deux questions?

    Je précise que ceci n’est pas, selon la formule convenue, une demande d’un avis médical…

    Merci.

    • Bonjour,
      Nous n’avons pas la prétention de remplacer les médecins et de prescrire quoique ce soit, nous ne faisons que partager les expériences de personnes qui ont pu guérir suite au suivi du traitement métabolique, pendant ou en dehors de traitement conventionnel. Notre objectif est de porter cette expérience à la connaissance du plus grand nombre.
      Aujourd’hui nous avons un certain nombre de produits sans effet secondaire notable qui ont été pris par de nombreuses personnes, dans l’avenir il y en aura surement d’autres grace aux expériences personnelles de nos adhérents. Nous recommandons toujours un suivi médical généraliste à tous les malades.
      Notre expérience avec l’artémisinine est basée sur une action choc de 3 à 5 jours sans apport de fer puisque les cellules cancéreuses contiennent une grande quantité de fer que l’artémisinine va leur prendre pour les tuer. Le corps n’aura donc pas le temps de perdre le fer nécessaire à la constitution de l’hémoglobine. Cette action choc peut être répétée en laissant passer plusieurs jours entre deux traitement (30 jours à peu près).
      Nous n’avons pas la prétention de tout connaitre, il y a peut être d’autres façons de procéder, celle-ci a pour avantage de ne pas mettre en danger par des effets secondaires et elle a donné des résultats assez spectaculaires.
      Cordialement
      P.Vilars

  8. Atteinte d’un cancer du poumon, une de mes proches a subi une chimio avec un traitement préalable d’une semaine d’Artemisia + fer. Le traitement d’Artemisia + fer a été continué pendant la chimio. Les résultats sont absolument spectaculaires: plus besoin d’apport en oxygène, reprise de l’activité sportive … L’Artemisia était prise en une fois le matin ( 17 capsules de 400 mg d’une concentration de 30:1 pour un poids de 60 Kg ) avec une capsule de fer ( bisglycinate). La précédente chimio sans Artemisia n’avait pas donné de bon résultat.

    • Bonsoir,
      Petite question, 17 gélules? Faut il en prendre autant? Une personne qui fait 26 kilos doit en prendre combien?
      Merci de votre réponse

      • Bonjour,
        Le nombre de pilules que nous indiquons n’est pas du tout impérative. C’est ce qui a fonctionné pour beaucoup de malades sans effet secondaire notable.
        Pour une personne pesant 26 kg il faut être extrêmement vigilant, le suivi médical de santé est primordial et la dose adaptée à l’état de santé.
        P.Vilars